La constipation : trouble et lésion des nerfs intestinaux

Publié le : 02 décembre 20206 mins de lecture

On peut dire qu’une personne est atteinte par la constipation quand l’évacuation des selles n’intervient que très rarement et quand la défécation a lieu, les selles sont dures et petites. Néanmoins, le diagnostic d’un médecin s’avère nécessaire pour en être fixé. S’agirait-il d’une constipation chronique ou occasionnelle ?

Troubles spécifiques et lésions des nerfs intestinaux

Manque de nerfs, par exemple la maladie de Hirschsprung : la maladie peut être congénitale peut mais, elle peut se manifester spontanément. Les garçons sont touchés trois fois plus souvent que les filles. On connaît différents modèles génétiques. Si, une très petite partie seulement de l’intestin est touchée, le diagnostic n’est parfois pas posé avant l’âge adulte. Cependant, la constipation apparaît habituellement chez les nourrissons et les enfants en bas âge. Il est caractéristique de l’absence totale de cellules de commutation nerveuse (cellules ganglionnaires),  dans le bas du rectum. C’est l’origine du terme général d’aganglionose, qui signifie l’absence de cellules ganglionnaires.

Outre la maladie de Hirschsprung, il existe d’autres variantes de troubles ganglionnaires de l’intestin. Les chevauchements avec les formes d’obstruction en transit lent sont décrits.

Dans les cas plus prononcés, la partie de l’intestin infectée est très étroite et la partie située devant est gonflée par la congestion fécale (mégacôlon). En outre, le muscle du sphincter ne peut pas se relâcher. Les symptômes dès la petite enfance sont une constipation sévère avec abdomen distendu, douleurs abdominales et tendance à l’obstruction intestinale. Le diagnostic résulte généralement d’un échantillon de tissu contenant non seulement la muqueuse intestinale mais aussi le tissu sous-jacent (biopsie par aspiration endoscopique). Chez l’adulte, une manométrie anorectale est effectuée avant l’intervention ; si les résultats sont normaux, la maladie de Hirschsprung peut généralement être exclue. Le traitement est généralement chirurgical.

Pseudo-obstruction intestinale chronique : ce terme décrit des blocages temporaires de l’intestin, c’est-à-dire des épisodes présentant des symptômes similaires à un début d’obstruction intestinale (voir la section tout en bas). Il existe des formes aiguës et récurrentes (chroniques), ainsi que des formes avec et sans cause connue.

Ce blocage temporaire de l’intestin peut être déclenché par des changements dans les éléments centraux du mouvement de la paroi intestinale, des cellules musculaires, des cellules nerveuses ou des cellules de stimulateur cardiaque. Les médecins connaissent les causes génétiques qui apparaissent comme des maladies nerveuses héréditaires telles que les neuropathies mitochondriales ou des dystrophies musculaires héréditaires.

Ou bien il s’agit de causes secondaires, c’est-à-dire de dommages intestinaux causés par d’autres maladies telles les maladies systémiques comme l’amylose, des maladies auto-immunes comme la collagénose ou des maladies métaboliques comme le diabète.

La liste des causes est longue, incluant les effets secondaires des médicaments et des traitements par radiation, les dommages causés par l’alcool, les agents infectieux ou les substances qui se développent dans les tumeurs. L’intestin grêle est la cause principale, parfois la vidange de l’estomac et/ou de la vessie est également perturbée. En dépit de l’ampleur du contexte, aussi sévère que soit le tableau clinique, il est rare dans l’ensemble.

Les principaux symptômes

Les signes précurseurs sont un abdomen gonflé, des douleurs abdominales, des nausées, des vomissements, de la constipation, des brûlures dans le haut de l’abdomen ou derrière le sternum comme dans les brûlures d’estomac. Les mesures diagnostiques correspondent au tableau aigu, visent à écarter une véritable luxation intestinale et, une fois la crise abdominale passée, à en identifier la cause. La thérapie comprend des régimes alimentaires spéciaux adaptés au stade de la maladie, des médicaments et, si possible, le traitement de toute maladie sous-jacente, l’ajustement des médicaments et, si besoin est, des mesures chirurgicales.

Les dystrophies musculaires héréditaires 

On distingue de nombreuses formes de ces maladies musculaires. Les maladies sont parfois congénitales. Elles peuvent survenir pendant l’enfance, l’adolescence ou l’âge adulte.  Les premiers symptômes se manifestent par des muscles atrophiés et affaiblis dans les bras et les jambes. Des douleurs musculaires, des troubles de la marche, une perte auditive de l’oreille interne, l’affaissement des paupières, des lésions du muscle cardiaque, des troubles du développement mental sont d’autres symptômes possibles. Dans les intestins, la dystrophie musculaire entraîne une constipation constante.

Maladie de Chagas : la maladie de Chagas, qui est transmise par les piqûres d’insectes prédateurs, est originaire d’Amérique du Sud. Non seulement, mais très souvent les enfants sont touchés. Les véritables agents pathogènes sont des parasites. Ils attaquent le cœur et le cerveau, et plus tard aussi les cellules ganglionnaires de l’intestin. La thérapie est difficile, c’est pourquoi les pays touchés se concentrent sur la prévention. Cependant, il n’y a pas de vaccination : La parasitose entraîne une constipation forte, parfois dramatique, qui peut également conduire à un blocage intestinal avec risque de rupture.

Plan du site